La croissance de la truite commune.

Tous les pêcheurs l’auront constaté, la croissance de la truite commune n’est pas la même en fonction de son habitat, quelques différences climatiques engendrent de gros changements dans cette croissance.
Avant de pouvoir parler de taille légale de capture, il serait bon de connaître la croissance des truites dans un périmètre donné. Il faut bien garder à l’esprit que la croissance des truites sera très variable en fonction du milieu concerné.

truite fario de ruisseau

Cette croissance dépend notamment :

  •  Du régime thermique du cours d’eau ;
  •  De la disponibilité en nourriture et donc de la capacité biogénique du milieu ;
  •  Du processus de maturation sexuel ;
  •  Du sexe du poisson.

Le régime alimentaire de la truite varie avec les saisons. Carnivore opportuniste, elle se nourrit de ce qu’elle va trouver le plus facilement : vers, crustacés, insectes aquatiques, insectes terrestres, petits poissons.
Dans les cours d’eau acides du Massif Central par exemple, les truites auront une croissance moins rapide qu’une rivière calcaire des Alpes. Voici un exemple très parlant : selon les études menées en Haute-Vienne, la courbe de croissance moyenne est la suivante : 12 cm à 1 an – 18 cm à 2 ans – 23 cm à 3 ans, alors que sur la Touvre elle est la suivante : 1 an : 16.9 cm, 2 ans : 29.7 cm, 3 ans : 41.4 cm
Au delà de ces facteurs, l’état général du poisson est à prendre aussi en considération, état général physiologique,  stress ( en particulier dans les "no kill") ou autres pathologies entrent en ligne de compte. On notera alors que les caractéristiques de croissance des populations de truites différent selon :

  • Leurs positions sur le profil en long du cours d’eau considéré (croissance plus rapide vers l’aval) ;
  • Leurs positions altitudinale (régime torrentiels nival plus limitant par exemple) ;
  • Leurs positions latitudinale (croissance plus rapide, maturité plus précoce et durée de vie plus courte au Sud qu’au Nord).De façon très schématique, la croissance annuelle de truites communes vivant dans un torrent de montagne va se faire principalement entre les mois de mai et de septembre/octobre et sera caractérisé par un long arrêt hivernal de croissance. Les conditions hivernales moins rigoureuses en plaine, auront pour effet une croissance seulement ralentie l’hiver.

D’autres paramètres plus complexes entrent en ligne de compte, il serait beaucoup trop fastidieux d’en faire l’étude ici, n’ayant pas la prétention d’être un scientifique. Mais en règle générale, et en respectant les bassins versants, on peut dire que les truites ont une croissance plus rapide en plaine, qu’en altitude elle est fortement diminuée, à l’exception de certains grands lacs Alpins.

ecaille de truite

Comment mesurer cette croissance :

Deux méthodes sont couramment utilisées pour déterminer la croissance et l’âge de la population de truite fario, la lecture des écailles et des otolithes (concrétions minérales que l’on trouve dans les oreilles internes des poissons osseux).
Le prélèvement d'écailles sur les truites ne nécessite pas de les tuer, quelques écailles récupérées à "rebrousse écaille" seront suffisantes pour pouvoir les placer sous un microscope et de déterminer leur âge. C'est l'étude des stries qui forment cette écaille qui donne l'âge de la truite, mais aussi sa vitesse de croissance, plus les stries sont larges, plus la truite à grandi vite.

otolithe de truite

La détermination de l'âge par les otolithes (en général l’otolithe sagittal qui est la plus grosse) nécessite le sacrifice du poisson, puisque cet os se retrouve dans l’oreille interne du poisson. La détermination de l’âge et de la croissance ne peuvent pas être faite par des non initiés,  cette technique nécessite une préparation plus minutieuse et plus longue.

Une tranche d'otolithe polie permet aux chercheurs de voir la microstructure des accroissements journaliers à l'examen au microscope.

X.Hudry

Avec le concours de la FD73