Pêcher en mouche noyée pour l'ouverture

Une technique de pêche, la mouche noyée

La mouche noyée :

Pêcher en noyée consiste à faire évoluer sous la surface une ou plusieurs mouches (trois au maximum)
Les artificielles ne cherchent pas à imiter un insecte noyé mais plutôt à ressembler à une nymphe en mouvement sous le film de la surface ou à réveiller la curiosité d'un poisson.
C'est une des premières techniques utilisées au début de la pêche à la mouche.

Le matériel :

De préférence une canne entre 9 et 10 pieds (action souple et progressive) conviendra parfaitement mais une 8,5 pieds peut aussi faire l'affaire selon le type de rivière (en général grande a moyenne).
Pour la soie il existe des modèles spécifiques pour la noyée (pointe plongeante) mais une vielle soie dt ou wf 4 ou 5 selon la puissance de votre canne pourra très bien faire l'affaire le bas de ligne lui assez court (longueur de la canne) se compose d'une tresse du commerce rallongée par une pointe en général de 16 /100 muni de une ou
deux potences selon le nombre de mouches utilisées.

Les mouches :

Les mouches noyées sont des montages à hackles mous (perdrix, bécasse, faisan, poule, cul de canard etc, etc.), pour les cerques ou les ailes.
Les corps sont en matériaux hydrophile (coton, soie, floche…)
Le style de montage espagnol est un des plus connus, les montages en culs de canard sont très efficaces aussi.
La taille des mouches varient du n°14 au 8 les plus gros modèles sont a privilégiés en début de saison.
On peut monter jusqu'à 3 mouches, pour ma part 2 me suffisent parfaitement, une mouche sombre en pointe légèrement lestée ou une nymphe casqué, en sauteuse un style espagnol nettement plus clair.

Nymphes artificielles.

L'action de pêche :

Pêche en descendant pour bien sûr profiter de tous les courants.
Il faut comme toute pêche déterminer les postes de pêche pour pouvoir faire passer son train de mouche en fin de dérive sur les dits postes (remous, ruptures de courants, voire même gobages, etc.)
Point besoin de lancer à s'arracher le bras un deux faux lancer et vos mouches doivent être en position (dans l'eau), un petit mending pour contrôler la dérive une récupération en tricotant quand les mouches sont parallèles à la rive et un roulé pour repositionner ses mouches un peu plus bas (bas besoin de 30 m de soie dehors 15 m est un gros maxi).

La touche elle se produit pratiquement toujours en fin de dérive ou juste avant, elle est assez violente (d'où le 16 :100) et en règle générale ne nécessite pas de ferrage le poisson se prend tout seul.
C'est une pêche idéale de début de saison jusqu'à l'étiage, pour toutes les rivières grandes à moyennes lorsque le poissons n'est pas très actifs en surface elle permet d'exploiter tout les courants de soutenus à moyen, et c'est une pêche excessivement tactile on sent plus qu'on ne voit et j'espère que la touche violente d'une belle en fin de courant vous procurera autant de plaisir qu'à moi.

J Dedieu